Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Congrès de Las Vegas sur les avantages des réformes structurelles

    Les avantages que le consommateur peut retirer des marchés plus compétitifs, comme des prix plus faibles et un plus grand choix, sont mieux compris et connus que les effets de la concurence sur d’autres domaines, tels que l’innovation, la productivité et l’emploi. Les Études économiques de l’OCDE de 2003 à 2006 examinent comment le dynamisme de la concurrence sur le marché est lié à la croissance et à d’autres mesures relatives à la performance de l’économie en général. La mondialisation croissante des marchés fi nanciers ces dernières années exige une coopération accrue entre les autorités de réglementation et les responsables politiques. L’OCDE constitue un lieu d’échanges où des fonctionnaires des pays membres et non membres, souvent en concertation avec le secteur privé, peuvent examiner les évolutions et les changements structurels sur les marchés fi nanciers. En 2004, l’OCDE a renforcé son suivi à court terme de l’évolution des marchés fi nanciers. Si les bilans dans le secteur bancaire sont restés relativement satisfaisants, l’inquiétude a continué de monter en ce qui concerne les engagements au titre des fonds de pension et le transfert du risque fi nancier vers les ménages. Ces développements posent des défi s persistants aux institutions fi nancières, aux autorités de réglementation et aux décideurs politiques. Les projets à plus long terme en 2004 ont admis l’importance de marchés fi nanciers concurrentiels et effi caces, surtout au regard du processus en cours de consolidation et de convergence des institutions fi nancières, à la fois sur le plan national et au-delà des frontières. En outre, certains points préoccupants ont été identifi és. Les confl its d’intérêt qui surgissent parfois dans ces cas ont fait l’objet d’une série de projets : ils traitent du maintien de l’intégrité, de la confi ance et de la transparence sur les marchés fi nanciers. Un Livre blanc de l’OCDE, publié en 2005, a examiné le gouvernement des fonds d’investissement collectifs. Au cours de l’année, l’OCDE a mis au point des lignes directrices sur le gouvernement des assureurs et des fonds de pension privés, et le Conseil de l’OCDE devrait les approuver en 2005. Source: http://www.agenceincentive.com/destinations/incentive-ameriques/incentive-a-las-vegas/

  • Ces vaches sacrées qui pissent de l'or

    L'urine de cette bête contient du métal noble, parole de chercheurs… Admettons-le d'emblée, on a eu tort de sous-estimer la valeur réelle de l'urine de vache. L'idée saugrenue de vouloir chercher de l'or précisément dans ce type de… liquide est venue à l'esprit de spécialistes indiens. On aurait pu croire qu'il s'agit d'un énième délire scientifique, mais le résultat a cloué le bec à tous les sceptiques. Eh bien oui, il paraît qu'il y en a vraiment, de l'or dans le pipi de ces bêtes. "Jusqu'à aujourd'hui, nous ne disposions que de sources ancestrales évoquant la présence d'or dans l'urine des vaches ainsi que les bienfait de celle-ci. Comme aucune analyse qui puisse le confirmer n'a été menée, nous avons décidé de nous pencher sur l'étude de l'urine des vaches. Nous avons analysé 400 échantillons et y avons trouvé des traces d'or", a annoncé le directeur de recherche docteur Balu Golakia. À en croire les chercheurs, l'urine des vaches de la région de Gir, dans l'Etat indien de Gujarat, contient de 10 à 30 mg d'or par litre, rapporte l'Indian Express. Les scientifiques ont d'ailleurs réussi à extraire et à solidifier le métal précieux ainsi extrait. Un résultat de ce type est unique, s'enthousiasment les spécialistes. Certes, ils ont bien mérité le droit d'en juger: avant de faire leur impressionnante découverte, ils avaient étudié pendant cinq ans le pipi des chameaux, des buffles, des brebis, des chèvres… Tout cela en vain, aucune trace du métal noble n'y ayant été repérée. Les résultats de cette expérience étonnante seront soumis à des tests ultérieurs, effectués par d'autres scientifiques afin d'avoir une confirmation. Mais il s'agit là déjà de données incapables de réduire la portée de cette révélation. Qui oserait, après cela, douter que les vaches sont vraiment sacrées en Inde?

  • Moins de stress pour les plantes

    Les plantes peuvent tomber malades, peuvent mourir et sont même capables d’éprouver un grand spectre d’émotions telles que… le stress. Ce que ces biologistes ont réussi à découvrir semble vraiment être capable de vous aider à rendre vos plantes plus résistantes. Une nouvelle génération de plantes capables d'affaiblir les conséquences des changements dans l'environnement pourrait être créée à l'aide d'une meilleure compréhension des mécanismes grâce auxquels les plantes se souviennent du stress qu'elles ont subi au cours de leur vie. On pourrait ainsi élaborer des mesures préventives pour lutter contre ces "angoisses végétales". La recherche menée par l'Université de Warwick et publiée par le journal Life a prouvé que les plantes non seulement se souviennent des conditions extrêmes (par exemple, une haute salinité du sol, comme dans le cas de la recherche), mais élaborent également des mécanismes génétiques qui pourront aider leurs descendants à subir facilement des conditions de stress similaires dans le futur. "Dans les conditions d'un changement de climat, il est nécessaire de créer de telles espèces de plantes qui seront plus résistantes aux conditions extrêmes et qui pourront pousser même dans un milieu hostile. Ayant découvert les mécanismes à l'aide desquels les plantes peuvent se souvenir des états de stress précédents et s'adapter, nous avons découvert la possibilité d'élever de nouvelles espèces de plantes", explique le docteur José Gutierrez-Markos, directeur de la recherche internationale. Selon les résultats de l'étude, il s'agit de modifications chimiques qui programment de manière épigénétique ces "souvenirs de stress" sous forme de méthylation de cytosine sur certaines parties du génome végétal. La recherche a prouvé également que l'absence de stress provoque la disparition absolue des souvenirs, surtout quand ils sont transférés par les mâles. "L'étape suivante, — poursuit le docteur, — c'est de manipuler la mémoire végétale et de créer ainsi des espèces qui seront plus accommodées aux changements climatiques". Il faut souligner qu'en plus des souvenirs, certaines plantes possèdent une forme d'intelligence qui leur permet même de compter!