Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Retour sur la crise globale

    Par sa soudaineté et sa violence, la crise globale a surpris jusqu’à ceux qui l’attendaient depuis longtemps. Le propos de cet article n’est donc pas de distribuer des blâmes en dénonçant l’aveuglement des uns ou l’incurie des autres, mais plutôt de proposer un diagnostic qui appelle des solutions précises : le rétablissement d’une certaine équité américaine ; l’instauration d’une véritable efficacité européenne. Force est de constater que jusqu’à présent ni les Etats-Unis, ni l’Union européenne ne se sont vraiment engagés dans ces voies de réforme. Les deux sommets du G20, à New York en novembre 2008 et à Londres en avril 2009, ont plutôt été l’occasion pour les Etats-Unis et l’Union européenne de se renvoyer mutuellement la responsabilité de la crise. Les Européens, en dénonçant les errements et les fautes du Trésor américain, de la Réserve fédérale et de la Maison Blanche, ont exprimé leur colère devant ce qu’ils considèrent comme étant une crise importée et imposée à leurs sociétés et dont ils ne se sentent en rien responsables. Les Etats-Unis ont eu beau jeu de leur côté de dénoncer l’insuffisance de la réaction européenne et d’appeler à une véritable coordination mondiale des politiques économiques, en reléguant au second plan la question de la régulation financière mondiale et en renvoyant à plus tard la redistribution des cartes du pouvoir dans les institutions économiques internationales. Ces deux 114 Eloi Laurent positions antagoniques témoignent de ce que, des deux côtés de l’Atlantique, les leçons de l’histoire n’ont pas été assez méditées. La Grande Dépression n’a-t-elle pas été dramatiquement aggravée par la précarité sociale des travailleurs américains qui perdaient leur emploi par millions, et dont seuls les premiers jalons de l’Etat providence posés en 1934 ont contribué à atténuer l’effet économique néfaste ? L’Europe n’a-t-elle pas été touchée, tardivement mais terriblement, par la crise de 1929, qui a non seulement révélé ses faiblesses économiques, mais plus encore ses faiblesses morales ? L’Europe économique, qui n’existait pas dans les années 1930, doit devenir le laboratoire de la coopération internationale. L’administration Obama, qui est arrivée au pouvoir pour contrer la crise bien plus vite que l’administration Roosevelt, doit œuvrer pour que les Etats-Unis, pour paraphraser la traduction d’André Maurois de la Gettysburg Address, renaissent à l’égalité.

  • Au bout des fils

    C'est fou, de voir comment on peut se surprendre soi-même, parfois. Tenez, moi : la semaine dernière, j'ai pratiqué un vol en parapente à Chamonix. Quand on m'a proposé de faire ce vol, je n'étais pourtant pas particulièrement enthousiaste : l'idée que je remette ma vie à un truc aussi basique qu'un parapente, ne me tentait pas vraiment. Mais il se trouve que je n'ai aucune volonté, et j'ai été traîné de force par des amis. Et vous savez quoi ? Finalement, j'ai adoré. Certains jours, c'est pratique, de ne pas avoir de colonne vertébrale ! Si vous n'avez jamais fait de vol en parapente, je vous invite à sauter le pas. Il y a quelque chose d'assez incroyable à voler là-haut de cette façon. C'est une promenade aérienne qui laisse des traces, surtout si vous êtes un tant soit peu contemplatif. Il n'y a pas la férocité d'un saut en chute libre, comme on pourrait le penser ; là, on ne saute pas d'une cabine d'avion. On ne saute pas du tout, pour tout dire : on court seulement quelques mètres sur une pente assez faible, la voile qui est posée derrière soi se gonfle sous l'effet du vent et passe au-dessus de la tête, et la seconde d'après, on s'assied dans la sellette et on quitte le sol avec le moniteur dans le dos : on n'a plus qu'à se laisser porter et apprécier la vue. Et je peux vous dire que cette dernière est vraiment sublime, vue du ciel ! Malheureusement, le vol ne dure pas : je suis resté moins de 30 minutes dans les airs, et j'aurais bien retardé le moment du retour au sol. Je crois bien que je recommencerai avant la fin de l'année, en fait ! Voici le site par lequel je suis passé pour ce vol en parapente, si vous aimez les expériences aériennes. Soit dit en passant, n'oubliez pas de prendre de bonnes chaussures, le jour même : genre rando ou baskets. Et sortez couvert. Il peut faire froid, en altitude. Pour ceux qui ne voient pas pourquoi, on manoeuvre le parapente selon les courants aériens : c’est donc indubitablement venteux. https://www.tematis.com/bapteme-parapente-chamonix.html