Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Une ingérence dans la politique énergétique française

Même si le défi s’inscrit dans une dimension planétaire, il revient à chaque Etat de définir une politique énergétique efficace, cohérente et responsable. Car la France, au même titre que les pays signataires du protocole de Kyoto, a des obligations de performances énergétiques, environnementales et donc économiques. Consciente de sa responsabilité, elle a inscrit le principe du Facteur 4 dans la Loi de programme sur les orientations de la politique énergétique de juillet 2005. Des actions ont suivi : création du groupe Facteur 4 et de la Mission interministérielle "Outils économiques et développement durable", réactualisation du Plan Climat, etc. Avec la création d’un nouveau ministère d’Etat du Développement et de l’Aménagement Durables (MEDAD) doté d’un budget à la hauteur des enjeux, la France semble afficher une volonté affirmée de répondre aux impératifs environnementaux, marquant ainsi une rupture avec le passé. L’écologie est désormais placée sous l’autorité d’un ministre qui détient une capacité d’influence, voire d’autorité, sur l’ensemble de l’action et des politiques publiques menées par les différents ministères. Aussi quelles réponses la France va-telle apporter aux objectifs connus et fixés par le Protocole de Kyoto ? Le débat sur la loi de finances 2008 pourrait permettre l’émergence de décisions notamment autour de la fiscalité écologique dans le budget 2008. Qu’en sera-t-il dans les faits ? En définissant une stratégie claire et innovante, la France pourrait impulser une dynamique nationale autour du défi climatique et jouer un rôle majeur au niveau européen auprès de tous les Etats-membres en portant le débat du défi climatique sur l’après 2012 du protocole de Kyoto, sujet qui laisse place pour une grande politique européenne à construire.

Les commentaires sont fermés.